CD Etudes d’interprétation de M. Ohana

« Les morceaux les plus émouvants du concert furent les deux études de Maurice Ohana. Dans ses études, Ohana a crée un langage et une grammaires pianistiques nouvelles qui, pour être apprivoisées, requièrent une grande maîtrise. Dans le morceau Troisième pédale, la pianiste a brillé d’une magie sonore jamais entendue auparavant.
Deux préludes très connus de Debussy furent la parfaite mesure pour montrer la maîtrise de Maria Paz Santibanez : c’est une virtuose de haut calibre et une poétesse moderne du piano »
Hannu-Ilari Lampila, Helsingin Sanomat Finlande, 22 octobre 2011

————————-
[…]Pianiste chilienne d’origine italienne vivant depuis longtemps en France, disciple de Claude Helffer […] Maria-Paz Santibañez s’est  définitivement imposée cette année parmi ses pairs avec un disque en tout point remarquable – et remarqué par la presse unanime – paru en janvier dernier […] consacré aux Etudes d’interprétation de Maurice Ohana (1913-1992) […] La pianiste a conforté les impressions ressenties lors de son récital en la cathédrale Saint-Louis-des-Invalides voilà un an, confirmant ainsi combien elle a d’affinité avec l’univers debussyste, dont elle souligne la densité du chant pour effacer l’immatérialité des évocations des Préludes, donnant à la Terrasse des audiences du clair de lune et, surtout, à Ce qu’a vu le vent d’ouest une densité concrète et dynamique, les doigts courant avec souplesse et légèreté sur le clavier tout en suscitant des sonorités fermes et charnues.
Bruno Serrou, Paris, 29 décembre 2011
http://brunoserrou.blogspot.com/2011/12/maria-paz-santiba-n-ez-et-lydie-solomon.html


——————————–
Récompense « Clef Resmusica »,
Juillet 2011 pour son CD Études d’interprétation de Maurice Ohana
CD Ohana: «… un exploit pianistique remarquable…Dans cet enregistrement, [Maria Paz Santibanez] porte une attention particulière à chaque phrasé, avec diverses nuances et couleurs sonores. Le tout est proposé de façon si naturelle que l’exécution ne fait aucunement transparaître les redoutables difficultés de ces œuvres…Ces intervalles, déployés dans une nouvelle conception rythmique, deviennent à la fois vivants et subtils sous les doigts de Marìa Paz Santibañez, ainsi que le montre son jeu splendide dans « Main gauche seule », référence évidente à Ravel.
Un très beau disque qui nous aide efficacement à comprendre la musique d’aujourd’hui en suggérant un modèle d’interprétation de cette dernière. »
www.resmusica.com, Victoria Okada, juillet 2011
————————————————————————————
« There’s much to admire in Maria Paz Santibañez’s solid technical command and innate feeling for Ohana’s finely-honed textures [and her] advocacy and devotion to an overlooked yet substantial late-20th-century keyboard opus ».


Classics today, Jed Distler (www.classicstoday.com)
—————————————————————————————————————-
CD  Études d’interprétation de Maurice Ohana: « Maria Paz Santibanez fait ressortir le moindre détail de cette musique d’essence monodique et détempérée –  Le résultat est impressionnant de transparence (indépendance parfaite des lignes de Contrepoints Libres). Il aide à mieux voir et comprendre cette musique»
 Diapason, Laurent Marcinik, Nro 591, mai 2011 (4 diapasons)
—————————————————————————————————————-
CD  Études d’interprétation de Maurice Ohana: « Une belle réussite »


www.musikzen.fr, Marc Vignal, avril 2011